Ce jour…ou un autre

Je ne suis pas femme à chiffres.
Ces inconnus de passage
Dans les registres et les cahiers,
Dans les courriers et les contrats.
Partout sur mes papiers
Ils sont de parfaits étrangers.
Je les vois sans les regarder,
Leur langage n’est qu’une bouillie
A mon palais
De jouisseur, de fin gourmet.

Je ne suis pas femme à chiffres.
Je ne compte ni les jours ni les semaines
Je laisse les mois comme les années
Dévaler les pentes de l’éternité.

Mes artères et mes viscères ont 40 ans aujourd’hui.
Vous êtes sûr Docteur ?
Et mon âme ? Et mon coeur ?
Je les sens si plein de la même fraîcheur
Qui emplissait hier, le printemps de mes 20 ans.
Oui, bien sûr…bien sûr je vous crois
Une carte d’identité ça ne ment pas
Et puis ma mère est encore là
Pour me dire quel bébé rose et joufflu
Elle tenait dans ses bras
En ce jour d’avril 1976
Dans cette maternité aux vitres étouffantes.

Mais je ne suis pas femme à chiffres
Décidemment non !
Je ne comprends rien à ces signes
Qui s’alignent.

40 ans aujourd’hui…
Vraiment ça n’a pas de sens
Pas de signification
Si ce n’est pour le monde autour de moi
Qui voit dans ces chiffres
Un cap, un seuil, un moment critique,
Un stade ultime
Où l’être bascule vers d’autres abîmes.
Je n’objecte pas, je ne renie rien,
Je ne comprends tout simplement pas.

Je ne suis pas femme à chiffres.
Femme à mots, femme à livres,
Femme à hommes, femme à vivre,
Femme à badinerie, femme à rire,
Femme à colère, femme à folies,
Femme à rêves, femme à désir,
Femme à cris, femme à dire.
Non, décidemment je ne comprends pas
Ces chiffres affichés
Qui devraient me raconter,
Dresser un portrait
Validé, certifié, homologué par des usages
Qui entérinent mon âge.

Mais comment vous dire alors
Que c’est le même pouls
Qui tambourine sous la peau,
Le même bouillon
Qui crapahute dans les veines ?
Comment vous dire encore
Que c’est le même éblouissement qui cogne
Face à une mer d’étoiles dans un ciel de juillet,
La même lave qui bat
Sous les paupières assiégées
Par le spectacle du monde animal et végétal,
Que le ballet des oiseaux est toujours le premier,
Que le soleil de mai est chaque fois nouveau ?
Comme vous dire aussi
Que les révoltes sont intactes,
Les exaspérations toujours vivaces,
Et les envies de chambardement évidemment tenaces ?

Je ne suis pas femme à chiffres
Décidemment !
Mais fêtons ensemble mes 40 ans
Puisque tel est votre plaisir.
Et que le vin coule à flot,
Et que les fruits gros et juteux éclaboussent nos jeux,
Et que l’insolence soit notre maître mot,
Et que la passion soit notre seul flambeau
Comme au jour de nos 10, de nos 20, de nos 30…
Comme à chaque jour nouveau
Sur la vie ensommeillée de rêves
Qui se lève.

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

Nos jours si semblables…

Les amitiés mixtes portent souvent en elles ce parfum d’équivoque, parfum que l’on entretient, que l’on prend soin de répandre par petites touches. C’est une douce mélodie que chacun compose en solitaire pour la servir le moment venu. Ce sont des armes qu’on fourbit en silence et qu’on dégaine à la première occasion. Quand on a la force d’y résister, quand on est suffisamment en paix avec soi, ce peut être un jeu charmant et piquant. Mais quand on est une douce inconstante qui crève de solitude, c’est un badinage auquel on n’a pas les moyens de jouer. Cette nuit là j’ai joué. Cette nuit là j’ai perdu.

(…)

Les hommes et les femmes se croisent, se tournent autour, se plaisent, se séduisent, s’apprivoisent, se font l’amour, finissent pas s’unir et se faire des enfants. En réalité ils se font l’amour avant même de s’apprivoiser. C’est ainsi désormais.

Le samedi je les vois au supermarché, flânant dans les rayons. Quelle marque de couches ? Yaourts aux fruits ou nature ? Shampoing aux perles de nacre de l’océan indien ou aux extraits de pousses de bambou de Papouasie ? Toasts briochés enrichis en vitamine E ou pains suédois aux sept céréales ? Demain les parents viennent déjeuner à la maison. Traiteur ou surgelés ? Que de questions existentielles qui rythment leur quotidien. Et dimanche ils sortiront les poussettes pour déambuler au long des rues désertes, dans les parcs et jardins municipaux. Un homme, une femme, un enfant. La famille. Ce modèle qui perdure depuis la nuit des temps ; le seul, l’unique. Celui qu’on nous invite à reproduire à l’infini. Ils se ressemblent tous avec leur bonheur simple, leurs jours si semblables les uns aux autres. Et comme je les déteste ! Et comme je les envie !

(…)

J’ai si souvent l’impression de n’être qu’une âme qui vit dans un corps dont elle est locataire, un corps qui ne serait rien sans elle. Et ce corps que je traîne avec moi, qui encombre l’espace partout où il passe, fait mine de se faire tout petit, et n’y parvient jamais. Combien de fois ce corps a-t-il fait de l’ombre à mon âme ? Et ces hommes qui traversent ma vie comme on fait escale dans un aéroport, que voient-ils, que savent-ils de celle qui leur ouvre les bras et voudrait les retenir ? Pour une nuit de plus. Pour une semaine encore. Pour une année peut-être…

(…)

Et nos étreintes sont sauvages. Et nos baisers n’en finissent pas de s’allonger. Et nos peaux se goûtent, se mélangent, se font mal. La violence de nos nuits est à l’image de mes jours timides. Elles se maquillent, se barbouillent de nos sueurs collées. Au milieu des râles et des griffures, des gémissements et des morsures, du déchainement de mon corps possédé par je ne sais quel démon, je distribue avec une douceur qui prend des accents hérétiques, des caresses de femme plus tendre qu’une mère couvrant son enfant.

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

L’aquarelliste

Sa main vole, glisse sur le papier,

C’est une plume tourbillonnant dans le vent.

A bout de pinceau, avec la précision d’un archet,

Il caresse la toile de ses gestes élégants.

 

De ses doigts enroulés, tentacules  serrés,

Il balade l’instrument sur les courbes du temps.

Et dans cette danse rapide, si bien maîtrisée,

Il invente des visions, un ailleurs éclatant.

 

Le regard toujours plein de ses rêves colorés,

Il n’a d’yeux que pour elle. Ah ! maudite aquarelle !

J‘ai beau me presser,  lascive, à son côté,

Je suis bien peu de choses, la rivale est trop belle.

 

De nuits lourdes d’insomnie en matins endormis,

Le ballet de ses mains lui concède mille caresses.

Et jusque dans mes rêves où là aussi il m’oublie,

Je croise le fer avec son insolente maîtresse.

 

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

Passion au clair été

Amour, le temps passe.

Amour, le temps lasse.

T’en souviens-tu du jour nouveau

Qui se levait chaque matin

Sur tes yeux d’enfant capricieux

Qui découvre l’amour

Qui jure d’aimer toujours ?

 

Amour, le temps passe.

Amour, le temps lasse.

T’en souviens-tu des nuits d’ivresse

Où chaque caresse était nouvelle promesse

Où le baiser ouvrait la porte de l’éternité

Où la peau gardait le souvenir

De nos soupirs ?

 

Amour, le temps passe.

Amour, le temps lasse.

T’en souviens-tu des mots soufflés

Des mots tant voulus

Tantôt criés, tantôt susurrés,

Des mots comme des bateaux

Qui voyagent de ton cœur

A mes larmes

De tes mains

A mes seins.

Tes mots contre les miens

Mes mots baisant les tiens ?

 

Amour, le temps passe.

Amour, le temps lasse.

T’en souviens-tu de la brûlure

De la passion

Qui dévaste la terre qu’elle conquiert

Qui affame la bouche qui l’accouche

Qui emprisonne la liberté d’aimer

Jusqu’à l’étouffer ?

 

Amour, le temps passe.

Amour, le temps lasse.

T’en souviens-tu

Mon bel amour

De cet amour

Qu’on a perdu ?

 

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

Le coeur avait raison

Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point

Mais la raison n’a pas de cœur… mon Cœur.

Le cœur a ses tempêtes que le soir rend à la vie

Et la vie a ses histoires que le cœur oublie.

Je les déteste tant tous ces endroits qu’avant

Qu’avant toi j’ai tant et tant chéris.

Je les regarde pourtant ces parcs, ces jardins,

Ces massifs et ces bassins,

Qu’au frais printemps j’ai aimés comme toi,

Comme avant,

Avant que tu ne repeignes tout en noir et blanc.

 

Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point

Mais la raison n’a pas de cœur… mon Cœur.

Le cœur a ses passions que le matin rend au chagrin

Et le chagrin a ses larmes qui ne sèchent pas.

Je les ai tant haïes toutes ces mélodies

Ces mélodies qu’avant,

Qu’avant toi j’aimais tant et tant.

Je les écoute pourtant dans les parcs, dans les jardins

Près des massifs et des bassins,

Là où je verse l’eau de mon amour défunt

Là où pourrissent nos frêles et jeunes matins.

 

Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point

Mais la raison n’a pas de cœur… mon Cœur.

Le cœur a ses silences que la mort emporte avec les anges

Et les anges ont des douceurs qui guérissent les cœurs.

Je les ai tant et tant rêvées

Ces heures,

Ces heures où le cœur et la vie feraient la paix

Au dessus des jardins où jadis tu m’aimais,

Auprès des massifs et des bassins

Là où nos mains entrelacées

Donnaient la réplique à nos cœurs encore pleins.

 

Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point

Mais la raison a eu raison de ton cœur et du mien.

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.