Petite catin

Tu balances tes hanches sur des talons hauts,
On dirait que tu danses sur un air de mambo.
Tu avances et chaloupes en rythme cadencé,
Tu vas les rendre fous petite effrontée.

Mais tu te moques bien d’attiser les plus vils désirs,
De ces hommes lubriques, qui ne veulent que du plaisir.
Tu leur donnes à voir ta croupe en guise d’appât,
Amuse bouche scandaleux de leur maigre repas.

Ta peau fine d’enfant, par tes fards trop maquillée,
Est un crime à leurs yeux de vierges effarouchées.
Mais tu te moques bien de ces tristes épouses,
Et par un sourire tu réponds à leurs mines jalouses.

Tu balances et tu danses dans ta jupe fendue,
Tu déchires le silence de leurs mœurs entendues ;
Avec tes talons qui claquent sur le macadam,
Petite catin tu vaux bien toutes ces dames.

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

nana de Manet

 Nana, par Edouard Manet (1877)

L’éloge des seins

Ah ! Madame, vos seins !

Et leur douce rondeur

Et leur blanche candeur.

Ah ! Madame, vos seins !

Comme ils sont faits pour mes mains !

 

J’y passerai des heures,

Des nuits entières, à la timide lueur

De vos rougeurs agitées

Pour leur raconter

Combien ils font tout mon bonheur.

 

Ah ! Madame, vos seins !

Et leur fine pudeur.

Dans ces dentelles blottis

Ils sont bien à l’abri.

Ah ! Madame…

Laissez donc ma main

S’approcher de votre cœur

Pour un instant envelopper

Ce bijou dans son écrin.

 

Ah ! Madame, vos seins !

Et leur belle chaleur

Et leur parfum de fleurs

Ah ! Madame, vos seins !

Combien j’aime les caresser

Du bout des doigts les effleurer

Et comme j’aime à pleine bouche les embrasser.

Ah ! Madame, vos seins !

Ils sont faits pour aimer !

 

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.