Les ressources (in)humaines

Le déni des directions des ressources (in)humaines est désespérant. L’aveuglement qui les caractérise mériterait d’entrer en analyse, au sens psychanalytique, tant il est déroutant.

Ce qui me frappe de plus en plus ces derniers mois – je l’avais déjà noté mais il me semble que cela prend une ampleur significative désormais – ce sont ces phénomènes de retrait, d’abandon, de désertion. De désertion oui, le terme me semble approprié. Les bons petits soldats du Capital désertent. Beaucoup tombent sur le champs de bataille, épuisés. D’autres n’attendent pas de tomber, ils désertent. Dans tous les secteurs (privé, public), dans tous les métiers, on voit de plus en plus de travailleurs qui partent, certains sans même avoir de plan B.

Il y a ceux qui fuient d’abord en pensée. Leur corps est là à la peine, à la tâche, mais leur esprit est déjà ailleurs. Ils ont déposé leur intelligence au vestiaire, ils la reprendront ce soir en quittant les bureaux ou les ateliers. De toutes façons l’organisation du travail a déjà tout prévu, tout prescrit. Elle ne leur demande pas de penser mais d’exécuter des procédures, de remplir des fiches, des lignes, des cases, de suivre les instructions des machines ; car dans ce monde là ce n’est plus le travailleur qui pilote la machine, c’est la machine qui pilote le travailleur.

Et puis il y a ceux qui prennent la poudre d’escampette, physiquement. A bout, ils s’enfuient, ils disparaissent comme ces hommes et ces femmes qui par milliers chaque année se volatilisent ; ils disparaissent pour tout un secteur d’activité qui ne les retrouvera plus jamais. Ils sont définitivement perdus pour des pans entiers de l’économie privée ou publique. Ils jettent l’éponge, larguent les amarres, partent en rase campagne (et pas qu’au sens figuré), et surtout ils ne reviendront plus parce qu’ils partent totalement écœurés, de cet écœurement qui vient clore des années de résistance vaine. Voilà le bilan des ressources (in)humaines. Voilà l’oeuvre d’un des collaborateurs les plus zélés du Capital ; ce Capital qui se tire une balle dans le pied. Il épuise les ressources humaines comme il épuise les ressources naturelles et un jour les ressources viennent à manquer, à manquer réellement, à manquer pour de bon.

Les ressourcent (in)humaines fabriquent des déserteurs par centaines, par milliers. Demain ils seront des millions.

 

© Tous droits réservés

La machine à détruire

Je crois que ce qui m’était devenu absolument insupportable, c’était cette soumission de plus en plus évidente à la machine. Je ne pouvais m’y soustraire. Chez moi je décidais. Mais au bureau… au bureau c’était une autre affaire. Des outils de traitement toujours plus complexes, des procédures toujours plus longues, des points de verrouillage à tous les étages, et finalement toujours moins de maîtrise pour celui qui exécute et des sources d’erreurs et de dysfonctionnement démultipliées.

Je me souviens de ce jour où on a mis à ma disposition… où on m’a intimé l’ordre d’utiliser – voilà la formulation exacte – un nouveau logiciel informatique. Jusqu’alors mon travail avait été le fruit de mes propres procédures. J’avais mis en place un certain nombre d’outils, tableaux, graphiques, fichiers, classeurs afin de suivre mes clients, mes dossiers, mes urgences, mes travaux du temps longs – certes de plus en plus anecdotiques – bref j’avais une mission à accomplir, un but à atteindre mais je décidais des moyens pour y parvenir. C’était là ma dernière bulle d’oxygène, la fenêtre de ma cellule, le coin de liberté qui empêche de couler tout à fait. Ce nouvel outil informatique fut livré avec son manuel d’utilisation de 25 pages. L’innovation aurait pu s’arrêter là. Mais il n’en fut rien. Moins de 24 heures après cette livraison on nous adressa un second manuel, de 80 pages celui-là, destiné à énoncer le mode de fonctionnement et d’utilisation d’un autre outil informatique sur lequel devraient être recensés toutes les anomalies et tous  les dysfonctionnements liés à l’utilisation du nouveau logiciel livré la veille. J’ai cru devenir folle ! D’autant plus folle que ces aberrations ne furent vivement dénoncées, au sein de l’entreprise, que par moi, les autres s’étant déjà résignés. Ceci dit la résignation a l’avantage de la conservation, car je sentais bien que je me consumais à petit feu à force de me battre et me débattre. C’est peut-être pour cela qu’en vieillissant on finit par rejoindre les rangs des « conservateurs », ceux qui, las de batailles, on finit par abandonner et s’abandonner au monde tel qu’il va, pour conserver ce qu’il reste de leur être…

Pardon, je m’épanche, je m’allonge, je me renverse. Mais  la feuille blanche est ce déversoir qui s’offre aux émotions pour les empêcher de noyer nos vies.

© Tous droits réservés – Reproduction commerciale interdite sans l’autorisation de l’auteur.