L’amant des Batignolles (4)

J’avais toujours une bouteille de vin au cas où. Et bien sûr, il y avait du thé, du café, et même des infusions de tilleul et de menthe, de verveine et d’agrumes. Mais à tout avouer, je n’avais guère en tête l’idée de boissons apaisantes. Tout à l’inverse, c’est bien de breuvages enivrants dont je rêvais. C’est alors que je me perdais dans l’inventaire de mon appartement, que François me saisit par la main pour m’entraîner dans une ruelle perpendiculaire à la rue Legendre. Et là sans le moindre préavis, sans la plus petite demande d’autorisation il m’embrassa avec gourmandise. Sa bouche avait la saveur sucrée du pain d’épice. Quand il desserra enfin son étreinte, il me fixa droit dans les yeux et avec une assurance pleine d’insolence me dit :

« Voilà bien deux heures que je crevais d’envie de faire ça ! »

Je le regardais l’air hébété, les lèvres encore frémissantes. Pourtant mes yeux parvenaient enfin à plonger dans les siens sans s’y perdre. Je me saoulais dans ces vagues aux reflets d’or et de terre brune. Semblant décidé à ne me laisser aucun répit, il se pencha de nouveau vers moi pour m’embrasser encore, avant de laisser filer dans un soupir :

« On est loin de chez toi ?

-Non, laissais-je glisser en reprenant mon souffle ».

Nous étions en effet à 300 mètres à peine de ma rue. Nous pressâmes le pas. Finie la flânerie du soir d’été qui s’éternise. Nous voulions l’intimité d’une alcôve. La fièvre des amants qui se découvrent. L’excitation de la première fois, celle qu’on ne retrouve jamais plus. Une fois la porte de mon immeuble claquée derrière nous, il m’attira à lui comme il l’avait fait quelques minutes plus tôt dans la ruelle. Je trébuchai. Il me rattrapa en fléchissant les jambes et c’est finalement à genoux au pied de l’escalier que nous laissâmes nos bouches seules maîtresses de l’instant.

Le jasmin avait en effet laissé ses vapeurs odorantes dans le salon. Je proposai à François de s’asseoir, et obéissant aux règles les plus fades de la bienséance je lui demandai ce qu’il voulait boire. Thé, café, vin.

« Je n’ai pas soif. C’est toi que je veux, dit-il avec cette assurance qui le caractérisait. »

Je ne cherchai même pas à répliquer. J’attrapai la main qu’il me tendait et me réfugiai dans ses bras. D’ailleurs il était maintenant minuit. N’était-ce pas l’heure permise pour tous les crimes ?

à suivre…

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

L’amant des Batignolles (3)

« Bonsoir. Vous êtes bien Léa ? ».

La chaleur enivrante qui venait de sortir de ces cordes vocales là me fit l’effet d’un coup de canon un jour de trêve. Je levai la tête et découvris le visage de François. Un deuxième coup de canon fut alors tiré. La bouche sèche, les lèvres à demi tremblantes et le verbe déstructuré, j’osais un :

« Oui… Oui, je suis Léa. Nous avions rendez-vous à 20 h 00 ».

Et aussitôt je pensais :

« Mais quelle idiote tu es ma fille ! Il sait bien qu’il a rendez-vous avec toi, ici, à 20 h 00 ! Tu es en train de passer pour une cruche ! ».

D’une voix tout à la fois douce et assurée il annonça :

« Oui, pardonnez-moi je suis un peu en retard. J’ai été retenu au travail. 

-Non, non, ce n’est pas grave. Je viens d’arriver » m’entendis-je mentir.

-Bien, alors je vous propose qu’on aille dîner, puisque c’est ce que nous avions prévu. J’ai réservé chez l’italien, là, en face.

-Oui, oui, très bien. » répondis-je avec le même air ébahi que mon « non, non ».

« Décidément, pensais-je, cet homme va vraiment finir par croire qu’il a rendez-vous avec la reine des connes ! ».

Finalement, une fois installée dans l’ambiance chaleureuse du restaurant, et un verre de chianti dégusté, je me déridai et m’ouvris à cet inconnu au regard presque insoutenable. Ne parvenant que difficilement à le regarder dans les yeux, je préférais ne plus quitter sa bouche et c’était pur délice. D’abord parce que son dessin si précis était une invitation à l’embrassement. Ensuite, parce que les sons qu’elle m’envoyait étaient chauds comme un désert de sable, ensorcelant comme les incantations d’un mystique. Je buvais ses paroles comme une brebis égarée se laissant guider par la voix du prêcheur.

Le dîner avançait et je me sentais de plus en plus à l’aise en sa compagnie. De plus en plus séduite aussi, car si sa mine était attirante, son esprit l’était tout autant. Sa culture m’apparaissait sans limite. Sa connaissance des lettres françaises, de la philosophie, mais aussi de l’histoire me laissait tout à la fois admirative et un brin complexée. Je l’écoutais me conter ses lectures, ses rencontres, ses recherches, ses découvertes. Tout un univers riche et sensible. Trop riche d’ailleurs. Trop sensible aussi pour un simple visiteur médical peut-être. Mais, après tout, un métier ça reste un gagne-pain. Et puis que m’importait ce qu’il faisait de toute façon. C’est ce qu’il était, ce qu’il me montrait, me disait, me renvoyait qui me plaisait. Pire me chavirait les sens.

Le dessert arriva. Puis le café. Je n’avais pas envie que le moment s’achevât. J’en voulais encore. Encore de ses mots. Encore de sa présence. Encore de ce regard ocre qui me laissait muette idiote. Je voulais qu’il restât avec moi, que le restaurant gardât ses portes ouvertes et ses lumières tamisées. Je le voulais toute la nuit, et plus encore je crois.

Le vin et le trouble avaient rosi mes joues. Eclaté mes pupilles aussi. J’étais comme une adolescente amoureuse et cela ne pouvait pas lui avoir échappé. Nous commandâmes un deuxième café. J’en conclus qu’il souhaitait prolonger l’instant en ma compagnie. A 23 h, il décida du départ :

« Je propose que nous allions prendre l’air et marcher un peu. Qu’en dis-tu ? me demanda t-il

-Oui, répondis-je avec une étincelle dans le sourire. »

Le square des Batignolles était fermé. Nous passâmes devant ses grilles pour rejoindre la place qui, autrefois, portait le même nom. Là se dressait l’église Sainte Marie des Batignolles. Nous la contournâmes pour nous engager dans la rue Legendre. Nous marchions l’un à côté de l’autre. Nos mains s’effleuraient parfois, quand dans un mouvement de balancier le bras s’élance vers l’avant, puis revient à sa place. A chaque fois, je retenais ma respiration. A chaque fois, c’était un réflexe incontrôlable. Il me parlait encore, et toujours je l’écoutais religieusement. Je rebondissais toutefois de mieux en mieux sur ses taquineries, et lui montrais que moi aussi j’avais lu les grands auteurs. Inexorablement nous nous rapprochions de ma garçonnière, grande comme une maison de poupée. Je commençais à nous imaginer dans l’intimité chaude de mon territoire. Je refaisais le tour de mon appartement, en silence, sur l’écran de ma mémoire. Oui, le canapé-lit était bien replié et en ordre. Non, aucun vêtement, aucun sous-vêtement, mieux, aucun pyjama ne traînait sur une chaise ou dans la salle de bain. La salle de bains justement. Elle était propre et devait encore sentir le jasmin du bâtonnet d’encens que j’avais fait brûler avant de partir. Le même parfum devait encore flotter dans le salon.

… à suivre…

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

L’amant des Batignolles (2)

Heureusement c’était vendredi. Et heureusement encore mon patron n’était pas là. Car je ne fis qu’attendre avec la plus grande impatience que cette journée passe pour être enfin à l’heure de cette soirée avec l’inconnu. Incapable de me concentrer sur mon travail, je passais mon temps à faire et refaire l’inventaire de ma garde-robe en me demandant ce que j’allais bien pouvoir mettre. J’en étais aussi arrivée à la conclusion qu’il me fallait choisir les dessous les plus affriolants, car on ne savait jamais ce qui pouvait se passer. Je n’étais pas à l’abri d’une belle surprise qui se termine d’une façon un brin scandaleuse. Aux termes de tergiversations incessantes, je tombai enfin d’accord avec moi-même sur le choix de la robe et de la lingerie les plus appropriées à l’événement.

Je sortis du bureau à 17 h 30 sonnantes. Je filai telle une furie de tous les diables pour prendre mon métro. A 18 h 00 précises j’étais devant mon immeuble. Je montai deux par deux les marches de l’escalier et arrivai à bout de souffle, comme une pauvre tuberculeuse, devant la porte de mon appartement. J’avais rendez-vous avec François devant le square des Batignolles à 20 h. Et croyez-moi qu’une heure et trente minutes ce n’était pas de trop. J’avais l’impression de me préparer telle une sportive de haut niveau qui va disputer les JO. Après une douche d’une bonne vingtaine de minutes l’opération génocide pouvait commencer. Tout poil superflu et indésirable allait être éliminé sans la moindre pitié. Une fois le massacre accompli, j’avais la gambette aussi douce que la soie de ma robe et le sourcil aimable. Blush pour rosir mon teint pâle, mascara pour me faire le regard velours, rouge aux lèvres pour jouer la femme fatale et fragrance de Chanel pour lui faire tourner la tête. J’étais prête. Je grimpai sur mes hauts talons et m’extirpai de l’appartement à 19 h 45.

Deux stations de métro me séparaient du lieu de rendez-vous, mais c’était encore bien suffisant pour me rendre l’attente insupportable. Arrivée à la station Brochant, je remontai la rue du même nom, et la respiration haletante, le cœur tonnant à tout rompre j’arrivai devant le square des Batignolles. Il était 19 h 55. Personne. Du moins pas l’ombre de ce qui aurait pu être François. Je savais que j’attendais un homme de taille et de corpulence moyenne, brun aux yeux marron. Bref, j’attendais tout le monde et personne. Je pris donc place sur un banc.

Quelques joggers, quelques promeneurs de chiens d’appartement passaient là. De jeunes cadres dynamiques et surtout fatigués regagnaient leurs pénates, et profitaient d’un détour par le square pour goûter l’illusion d’un air chargé de verdure. Je frissonnais dans ma robe de soie rouge. Ce n’était pas le froid. Non. Juillet était étouffant cette année.

20 h 10. « Est-ce donc là le résultat de l’égalité des sexes ? Est-ce donc lui qui réduit ma condition féminine à celle d’une pauvre âme languissante ?» pensais-je plus impatiente que jamais. Je croisais les jambes. Puis je les décroisais. Je tordais mes doigts dans mes mains. Je redoublais d’attention pour ne pas me mordre les lèvres. Je remettais en place les plis de ma robe, vérifiais le vernis de mes chaussures, tâtais la mise en place de mes cheveux. Tant et si bien que je ne le vis même pas arriver.

…à suivre…

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

L’amant des Batignolles (1)

22 h 30. Je tournais en rond dans l’appartement. Paris était certes une ville sublime, et c’était sans doute un privilège de vivre dans ses murs. Mais comme la solitude pesait ! A dire vrai elle ne pesait ici pas plus qu’ailleurs. Elle avait aussi l’avantage de l’invisible. Dans les petites villes de province où tout le monde se connaît, du moins à l’échelle d’un quartier, la solitude, comme la débauche font des gorges chaudes le samedi matin entre les étals au marché. A Paris, rien de tout cela puisque vous n’êtes qu’un anonyme parmi les anonymes et que vous le restez. D’ailleurs, je ne connaissais pas un seul de mes voisins. Depuis six mois que j’habitais ce petit immeuble du 17ème arrondissement entre la porte de Saint Ouen et la Place Clichy, j’avais croisé deux ou trois fois ma voisine du dessus. Nous avions échangé des salutations très polies et en étions restées là. C’est bien simple, tous les matins je prenais mon métro à 8 h 20 pour me rendre au bureau à Neuilly-Sur-Seine. Je passais ma journée là-bas, et tous les soirs le même métro me déposait à 100 mètres de ma porte entre 18 h 45 et 19 h. Le reste du temps je naviguais un peu dans le quartier pour m’approvisionner et remplir le réfrigérateur. J’avais bien sûr fait les visites incontournables de la capitale depuis mon installation : la Tour Eiffel, Montmartre, le jardin des Tuileries, celui du Luxembourg, Bastille, l’île de la Cité. Il n’empêche, la solitude restait ma plus fidèle compagne, et j’en avais vraiment assez. J’avais envie de sortir, de découvrir Paris autrement, au bras d’un bellâtre, qui en plus de m’emmener en ballade dans la ville lumière m’aurait entourée de toute son attention et de tout son désir aussi. Oui, solitude et abstinence étaient particulièrement complices et j’étais bien décidée à briser leur ménage !

Ce soir là, je décidai donc de m’aider des nouvelles technologies et d’avoir recours à ce qui semblait être très en vogue : la rencontre virtuelle. Une connexion, quelques clics, une inscription et voilà j’étais Douce75017 pour le meilleur et pour le pire du numérique. Je fis défiler les profils de tout ce que Paris comptait d’hommes célibataires, ou du moins qui prétendaient l’être, et qui affichaient entre 30 et 40 printemps. Une fois éliminés les pervers clairement détectés et les hommes mariés presque aussi aisément soupçonnés, je tombai sur François33du75. Certes, il n’avait pas fait preuve d’une folle originalité quant au choix de son pseudonyme, mais finalement je trouvais cela plutôt rassurant après les quelques dialogues déjantés que j’avais pu avoir. François, donc, puisque tel était son prénom affirmait-il, avait 33 ans et vivait à Paris. Comble de chance, il habitait aussi dans le 17ème , quelque part entre l’Etoile et les Batignolles. Environ deux heures de conversation plus loin, nous convenions de nous donner rendez-vous le lendemain soir pour un dîner, et peut-être plus si affinités…

…à suivre…

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.