Diva de salon

J’ai un métier sérieux vous savez. Un métier qui inspire le respect. Le respect mais rarement l’enthousiasme. J’ai un métier comme tout le monde, comme il faut, parce qu’il faut. J’ai un métier et ça rassure… mes parents, mes amis, mes voisins, mon banquier, l’institutrice de mes enfants, leur nounou, ma belle-mère et même les inconnus. Surtout les inconnus.

Mais c’est pas ça que je voulais faire quand j’étais gamine. Non, je voulais être Diva, moi. La Callas !  Un jour à Milan, le lendemain à Londres, le mois suivant à New York, l’été prochain à Sydney ! C’est une erreur, un quiproquo, un contresens, une méprise de l’existence si je me hâte chaque matin pour attraper mon train, étriquée dans ce tailleur trop stricte, dans ces escarpins trop serrés, quand je rêvais de robes flottantes, de jupons immenses, de chapeaux à voilette, de chignons extravagants, de maquiller mes yeux, de les maquiller trop pour le spectateur du dernier rang.

Il me ressemble tellement peu ce métier que j’exerce par dépit, par habitude, par lâcheté, par facilité, parce que mon mari ne comprendrait pas, parce que mes enfants sont encore trop petits, parce que la maison n’est pas finie de payer, parce que j’ai toutes les meilleures raisons du monde pour ne rien changer.

Alors le soir, quand ils sont tous couchés, je me cale dans le canapé et j’écoute la Traviata, Carmen et puis Tosca. Je les écoute susurrer ou gémir, exulter et rugir pour l’amour d’Alfredo, pour Don José, pour Mario. Je les écoute à m’en éclater les tympans. Je les écoute et je me désole du jour qui reviendra demain, de l’incessant ballets des banalités qui se succèdent avec une minutie implacable. Je les écoute pour oublier… qu’un jour l’audace m’a manquée.

 

© Tous droits réservés

Petite catin

Tu balances tes hanches sur des talons hauts,
On dirait que tu danses sur un air de mambo.
Tu avances et chaloupes en rythme cadencé,
Tu vas les rendre fous petite effrontée.

Mais tu te moques bien d’attiser les plus vils désirs,
De ces hommes lubriques, qui ne veulent que du plaisir.
Tu leur donnes à voir ta croupe en guise d’appât,
Amuse bouche scandaleux de leur maigre repas.

Ta peau fine d’enfant, par tes fards trop maquillée,
Est un crime à leurs yeux de vierges effarouchées.
Mais tu te moques bien de ces tristes épouses,
Et par un sourire tu réponds à leurs mines jalouses.

Tu balances et tu danses dans ta jupe fendue,
Tu déchires le silence de leurs mœurs entendues ;
Avec tes talons qui claquent sur le macadam,
Petite catin tu vaux bien toutes ces dames.

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

nana de Manet

 Nana, par Edouard Manet (1877)