L’amant des Batignolles (3)

« Bonsoir. Vous êtes bien Léa ? ».

La chaleur enivrante qui venait de sortir de ces cordes vocales là me fit l’effet d’un coup de canon un jour de trêve. Je levai la tête et découvris le visage de François. Un deuxième coup de canon fut alors tiré. La bouche sèche, les lèvres à demi tremblantes et le verbe déstructuré, j’osais un :

« Oui… Oui, je suis Léa. Nous avions rendez-vous à 20 h 00 ».

Et aussitôt je pensais :

« Mais quelle idiote tu es ma fille ! Il sait bien qu’il a rendez-vous avec toi, ici, à 20 h 00 ! Tu es en train de passer pour une cruche ! ».

D’une voix tout à la fois douce et assurée il annonça :

« Oui, pardonnez-moi je suis un peu en retard. J’ai été retenu au travail. 

-Non, non, ce n’est pas grave. Je viens d’arriver » m’entendis-je mentir.

-Bien, alors je vous propose qu’on aille dîner, puisque c’est ce que nous avions prévu. J’ai réservé chez l’italien, là, en face.

-Oui, oui, très bien. » répondis-je avec le même air ébahi que mon « non, non ».

« Décidément, pensais-je, cet homme va vraiment finir par croire qu’il a rendez-vous avec la reine des connes ! ».

Finalement, une fois installée dans l’ambiance chaleureuse du restaurant, et un verre de chianti dégusté, je me déridai et m’ouvris à cet inconnu au regard presque insoutenable. Ne parvenant que difficilement à le regarder dans les yeux, je préférais ne plus quitter sa bouche et c’était pur délice. D’abord parce que son dessin si précis était une invitation à l’embrassement. Ensuite, parce que les sons qu’elle m’envoyait étaient chauds comme un désert de sable, ensorcelant comme les incantations d’un mystique. Je buvais ses paroles comme une brebis égarée se laissant guider par la voix du prêcheur.

Le dîner avançait et je me sentais de plus en plus à l’aise en sa compagnie. De plus en plus séduite aussi, car si sa mine était attirante, son esprit l’était tout autant. Sa culture m’apparaissait sans limite. Sa connaissance des lettres françaises, de la philosophie, mais aussi de l’histoire me laissait tout à la fois admirative et un brin complexée. Je l’écoutais me conter ses lectures, ses rencontres, ses recherches, ses découvertes. Tout un univers riche et sensible. Trop riche d’ailleurs. Trop sensible aussi pour un simple visiteur médical peut-être. Mais, après tout, un métier ça reste un gagne-pain. Et puis que m’importait ce qu’il faisait de toute façon. C’est ce qu’il était, ce qu’il me montrait, me disait, me renvoyait qui me plaisait. Pire me chavirait les sens.

Le dessert arriva. Puis le café. Je n’avais pas envie que le moment s’achevât. J’en voulais encore. Encore de ses mots. Encore de sa présence. Encore de ce regard ocre qui me laissait muette idiote. Je voulais qu’il restât avec moi, que le restaurant gardât ses portes ouvertes et ses lumières tamisées. Je le voulais toute la nuit, et plus encore je crois.

Le vin et le trouble avaient rosi mes joues. Eclaté mes pupilles aussi. J’étais comme une adolescente amoureuse et cela ne pouvait pas lui avoir échappé. Nous commandâmes un deuxième café. J’en conclus qu’il souhaitait prolonger l’instant en ma compagnie. A 23 h, il décida du départ :

« Je propose que nous allions prendre l’air et marcher un peu. Qu’en dis-tu ? me demanda t-il

-Oui, répondis-je avec une étincelle dans le sourire. »

Le square des Batignolles était fermé. Nous passâmes devant ses grilles pour rejoindre la place qui, autrefois, portait le même nom. Là se dressait l’église Sainte Marie des Batignolles. Nous la contournâmes pour nous engager dans la rue Legendre. Nous marchions l’un à côté de l’autre. Nos mains s’effleuraient parfois, quand dans un mouvement de balancier le bras s’élance vers l’avant, puis revient à sa place. A chaque fois, je retenais ma respiration. A chaque fois, c’était un réflexe incontrôlable. Il me parlait encore, et toujours je l’écoutais religieusement. Je rebondissais toutefois de mieux en mieux sur ses taquineries, et lui montrais que moi aussi j’avais lu les grands auteurs. Inexorablement nous nous rapprochions de ma garçonnière, grande comme une maison de poupée. Je commençais à nous imaginer dans l’intimité chaude de mon territoire. Je refaisais le tour de mon appartement, en silence, sur l’écran de ma mémoire. Oui, le canapé-lit était bien replié et en ordre. Non, aucun vêtement, aucun sous-vêtement, mieux, aucun pyjama ne traînait sur une chaise ou dans la salle de bain. La salle de bains justement. Elle était propre et devait encore sentir le jasmin du bâtonnet d’encens que j’avais fait brûler avant de partir. Le même parfum devait encore flotter dans le salon.

… à suivre…

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

L’anniversaire (3)

Une main accrochée à la barre en fer forgée du baldaquin, j’ôtai un à un mes escarpins. En tombant le talon claqua sur le parquet. Puis j’accrochai la fermeture éclair de ma robe pour la faire glisser jusqu’à la hanche. La brettelle gauche tomba. La droite l’imita. Les mains sur la taille, la poitrine serrée dans le satin pourpre, je restai là un instant devant ce lit encore vide, encore froid. Je finis de retirer ma robe et je fis quelques pas sur moi-même. Mon regard s’arrêta sur le lit, se tourna vers le fauteuil, observa le ruban. Le ruban. Le lit. Le ruban. Le lit. Le ruban. Je m’en emparai et m’avançai vers ce lit. Je m’assis au bord. J’enroulai le morceau de tissu autour de ma tête et m’allongeai sur le dos. Je ne savais plus quoi faire de mes bras. Je les gardais étendus le long de mon corps, puis l’instant d’après les croisais sur mon ventre. De la main gauche je caressai mon épaule droite puis redescendis dans le cou jusqu’à la naissance de mon sein. Sous mes doigts la dentelle et le satin se faisaient tisons ardents. L’atmosphère était oppressante. Je me sentais à l’étroit dans ce soutien-gorge qui freinait le déploiement de ma respiration haletante. Je devinais ma peau se colorant sous  l’effet de l’excitation qui devenait de plus en plus intolérable. Et Benjamin qui n’arrivait pas !

Plongée dans la pénombre derrière ce ruban je ne pouvais plus compter que sur mes autres sens. Serait-ce son pas que j’entendrais le premier ? Son parfum qui naviguerait jusqu’à mes narines ? L’impatience me gagnait. Les secondes défilaient et semblaient de longues et interminables tortures. Les yeux fermés derrière mon ruban, déjà esclave de mon propre désir, j’imaginais Benjamin. Ses mains longues et larges, douces et assurées. Ses doigts s’emmêlant dans mes cheveux. Ses étreintes franches et affamées. Son souffle au dessus de ma bouche et ses lèvres m’effleurant à peine. Le bout de sa langue glissant, imperceptible caresse, de ma joue à mon cou.

Ah ! Le démon ! Il donne et il reprend. Il habille l’envie, la fait naître et grandir. Il la maquille de tous les artifices. Il touche. Il frôle. Il empoigne. Il serre. Il embrasse. Il navigue. Il attrape. Il desserre. Il s’éloigne. Puis il revient à la charge plus sulfureux encore. Il est intenable et irrésistible. Et moi je suffoque. Je rougis. Je m’agace. Je m’essouffle. Je réclame. Je supplie.

(à suivre…)

Retrouvez les épisodes 1 et 2 dans la catégorie Billets roses.

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

L’anniversaire (2)

La voiture semblait conduire toute seule. J’étais absorbée par les images qui brouillaient ma vision. La silhouette haute de Benjamin. Ses yeux couleur d’ocre. Son visage brun marqué par le soleil de ses voyages, mais aussi mon plus beau paysage. Cet homme avait déjà usé de mille stratagèmes pour m’étonner et me séduire depuis le soir de notre rencontre. Son inventivité et sa générosité n’avaient pas faibli au fil des ans. Chaque année j’ignorais la date de mon anniversaire car chaque année il changeait cette date. Il était fou, imprévisible, capable de nous concocter les plus insolites week-end en tête à tête.

Mon GPS m’annonçait le Relais des Oiseaux à 200 mètres. Le cœur battant à tout rompre dans la légèreté du satin et de la dentelle rouge de mon soutien-gorge, la bouche sèche, les mains tremblantes sur le volant, le désir déjà palpitant au creux du ventre, j’avançais vers la destination plaisir. J’entrais dans une large cour bordée de cyprès. Au fond se dressait une bâtisse imposante. Je coupais le moteur de mon véhicule, les grondements redoublèrent d’intensité dans ma poitrine.  J’entrais dans cet hôtel avec pour tout bagage mon sac à main. Je passais devant la réception sans dire un mot, sans même un regard pour l’homme qui se dressait là derrière le comptoir. J’avais l’impression qu’il savait. Mes joues irradiaient du rose rouge de la confusion.  Je les sentais. Brûlantes. Ma démarche était hésitante, presque maladroite, comme celle d’une jeune lycéenne qui se présente à son premier oral le jour du bac. Et au milieu de ce tumulte d’émotions qui se bataillaient ma pauvre âme fébrile, je sentais que mon corps se consumait déjà d’un feu ardent. Sous mes bas accrochés à mes jambes telles des mains affamées, ma peau avait chaud. Je sentais la tiédeur moite du désir s’emparer de ce minuscule morceau de tissu qui couvrait mon bas ventre. J’approchais de la chambre et j’avais faim de lui.

Voilà. J’y étais. Chambre 28. J’introduisis la carte. La porte s’ouvrit. J’entrai. Les rideaux étaient tirés. Le lit s’offrait comme un amant ouvrant les bras à toutes mes envies. J’avançais dans cette atmosphère lourde. Lourde, de cette chaleur qui pèse sur les épaules, sur la nuque, de cette chaleur humide et étouffante qui assèche la gorge. Mais la chambre semblait vide. De la salle de bains dont la porte était entrouverte ne me parvenait aucun bruit, pas même le souffle d’une respiration. Mais où était-il ? Je fis quelques pas de plus vers le lit. J’aperçus une feuille de papier pliée en deux. Je la défroissais et découvris un énième message : « Mon ange, te voilà. Enfin ! Comme le temps m’a paru long ! Sur le fauteuil, oui, là, à ta droite, tu trouveras un paquet. Ouvre-le ! ». Décidément, il semblait vouloir me faire languir jusqu’à la déraison. Je n’en pouvais plus. Je ne rêvais plus que de le voir arriver, qu’il m’enlaçât, qu’il défît ma robe avec vigueur, qu’il réclamât mon corps avec ardeur, qu’il me fît sienne.  J’ouvrai le paquet qu’il avait laissé à mon intention. Il contenait un foulard et ces quelques mots « Retire ta robe, ôte tes chaussures. Enroule ce foulard autour de ta tête de sorte qu’il cache ta vue. Allonge toi sur le lit et attend. »

(à suivre…)

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

L’anniversaire (1)

Ce soir là j’étais d’humeur mutine. Et pour cause, j’avais été l’objet d’une cavale amoureuse et câline toute la journée.  Je salivais rien qu’à me souvenir de ses messages qu’il m’avait envoyés au bureau. Il s’était montré impitoyable, me pistant du matin au soir sur ma boîte mail, sur mon portable. Il avait même prémédité son savoureux délit en laissant quelques mots dans mon agenda à la date du jour. Au 9 août on pouvait lire : « Ma douce, comme tu étais belle ce matin dans ta robe légère. Si le temps ne nous avait été compté, j’aurais retroussé tes jupes comme un étudiant avide de sa première conquête, et je t’aurais prise, là, contre le buffet de la salle à manger, sans autre préambule qu’un baiser fougueux. » Et toute la journée ne fut que torrents tout aussi fiévreux !

A 15 h on me fit demander à l’accueil. Un coursier était là pour me remettre un petit colis. Il s’agissait d’une boîte plate et allongée. Je remontais un peu fébrile dans mon bureau. Depuis mon arrivée ce matin je ne comptais déjà plus les messages de mon cher époux, des messages tous plus endiablés les uns que les autres. Faisant l’apologie de ma peau. Vantant les courbes de mon corps. Louant la gourmandise de ma bouche.  Célébrant la générosité des mes attributs féminins. J’avais l’impression d’être transformée en icône du divin. Je déroulais lentement le ruban qui enserrait la boîte.  Je retirais le couvercle. Un morceau de mousseline noire me cachait le contenu du paquet. Sur cette mousseline, une rose rouge sang et une carte. Je levais le morceau d’étoffe et découvrais de la dentelle. C’était un ensemble tout aussi rouge que la fleur. Je crois qu’en voyant le contenu du paquet je piquais un fard aussi coloré que ces dessous. Je baissais les yeux et prenais la carte. Il avait écrit ceci : « Aujourd’hui il n’y a rien à fêter, ou alors il y a tout. Aujourd’hui je t’aime comme un fou depuis 5 ans, 2 mois et 12 jours.  Aujourd’hui je te veux plus que jamais femme et amante. Tu trouveras dans ce paquet, au milieu des dentelles et des satins, une carte magnétique. Elle t’ouvrira la porte de la chambre 28, 2ème étage, Relais des Oiseaux,  7 rue du Maréchal Leclerc à Saint-Amant-de-Boixe. Je t’y attendrai à 19 h. Je compte sur toi pour passer ce que contient ce colis sous ta robe avant de me rejoindre.  Benjamin. ».

Je caressais la dentelle rouge, délicatement, presque craintive. Je glissais la pulpe de l’index le long de la courbe des baleines du soutien-gorge pour en redessiner la rondeur. J’imaginais le satin pourpre recouvrant la blancheur laiteuse de ma peau, et la main large de mon mari épousant le galbe de mon sein. Cette image me fit frémir. C’est la sonnerie du téléphone qui m’arracha à ces sensuelles pensées. Un client, dont je n’avais que faire à cet instant précis, voulait s’entretenir avec moi. Je pris la communication, l’air absente, le regard perdu dans le délice de mes visions. Je répondais par « oui », « non », « vous avez raison », « bien, j’en prends note », « je ferai le nécessaire ». J’étais obsédée par la soirée qui m’attendait, et le rouge entêtant de ces dessous  me faisait tourner la tête. Comme les quelques heures qui me séparaient du moment fatidique allaient me sembler interminables !

(…à suivre)

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.