La fêlure (extrait)

« De toute évidence, vivre c’est  s’effondrer progressivement. » Ainsi commence la nouvelle de Francis Scott Fitzgerald connue en version originale sous le titre « The Crack-up » ou « La fêlure » dans sa version française.

Nous sommes en 1936. Le succès de « Gatsby le magnifique », paru en 1924, est bien loin déjà. Zelda est malade, obligeant Fitzgerald à faire le tour des cliniques psychiatriques. Miné par l’alcool, les échecs, criblé de dettes et contraint d’écrire des scénarios pour Hollywood qu’il exècre, Fitzgerald nous livre dans cette courte nouvelle les plus belles pages qu’un écrivain puisse écrire… sur l’impossibilité d’écrire. La beauté du désastre est ainsi offerte au lecteur, qui pourra y entrevoir, parfois, des morceaux de sa propre existence fragile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s