La maison verte

Elle surgit sur le bas côté au milieu des herbes bleues
A la fenêtre des rideaux blancs de campagne
Et je me souviens de la cuisine
De la lourde table
Du chien à la porte.
Elle me prend à la gorge
Dans son décor animé de reflets multicolores
Derrière les volets verts
Là-bas
Les souvenirs dorment.
Elle me lancine le cœur
Des lambeaux de mémoire accrochés à son portail
De bois clair.
Elle me stoppe dans ma course printanière
M’attire jusqu’à l’écume des jours oubliés
Derrière ses murs
Et l’eau de sa rivière coule désormais à mon chevet.

© Tous droits réservés

 

maison verte

 

 

 

 

 

 

Chaumes de Cordeville à Auvers-Sur-Oise, Vincent van Gogh, 1890

Publicités

2 réponses à “La maison verte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s