Libre réalisme

Les jours coulent, charriant à toute heure,

Les immondices d’une ère en sursis.

Sur toutes les routes court cet invisible promeneur,

Charogne puante, spectateur de ta misérable vie.

 

Menteur et usurpateur, sur toutes les places,

Tu le crois prince quand il balade ses oripeaux.

Mais regarde le l’ami ! Regarde le qui passe,

Vil moralisateur, chien malade sortant les crocs.

 

Sur tes jours d’infortune, gageur à toute heure,

Tu l’espères festin quand il suce le miel de ta vie.

N’attends pas l’ami ! N’attends pas car il arrive le temps où tu meurs !

Funeste demain, étrangleur de ton dernier cri.

 

Censeur et manipulateur, sur toutes les scènes,

Tu l’entends rédempteur quand il endort ta conscience.

Mais écoute le l’ami ! Écoute le vomir sur ta peine !

Vil corrupteur, marchand de tes jours d’errance.

 

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

Publicités

Une réponse à “Libre réalisme

  1. Pingback: Libre réalisme | heldayhue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s