Le don de RTT

C’est une loi inattendue qui va être soumise le 25 janvier prochain aux députés français. Il s’agit  de légaliser le don anonyme de jours de RTT qui pourront alors bénéficier à un parent dont l’enfant est gravement malade.

Se libérer de ses obligations professionnelles dans des circonstances aussi tragiques que l’affection lourde de son enfant n’est pas chose aisée. Cela signifie pour bien des parents une perte de revenus. Or pour nombre de ménages appartenant aux catégories les plus modestes ceci est inenvisageable. Aussi une loi pourrait-elle venir encadrer cette nouvelle solidarité entre salariés d’une même entreprise ; les uns donnant leurs jours de RTT à celui qui a en a besoin pour s’occuper d’un enfant gravement malade, parfois même pour l’accompagner jusqu’à sa dernière demeure.

C’est le député de la Loire Paul Salen qui en a eu l’idée, après avoir été témoin d’un de ces drames ordinaires dans sa circonscription. Un père s’était vu prescrire un arrêt de travail par son médecin pour être auprès de son enfant malade d’un cancer et en fin de vie. Mais la sécurité sociale n’avait rien trouvé de mieux que de contester le renouvellement de l’arrêt au motif que ce n’était pas le père qui était malade, mais l’enfant, enjoignant le parent de reprendre son activité chez son employeur.

A priori, l’idée du don de RTT au profit d’un collègue dans de telles circonstances semble louable, et même très charitable. Mais c’est peut-être là que le bât blesse. Selon certains élus cette organisation de la charité entre salariés permettrait de faire oublier les carences d’un système de solidarité nationale qui se désagrège de plus en plus. C’est l’occasion d’ailleurs de rappeler au grand public que les dispositifs destinés à accompagner un enfant malade, voire en fin de vie sont tout à fait insuffisants. Alors, on est en droit de se demander, à l’heure où la mise en coupe réglée de la protection sociale, et de tout ce qui fait même la cohésion sociale de notre pays, avance telle un rouleau compresseur pour cause de crise de la dette, si, décidément, la crise ne justifie pas tout, absolument tout. Car en appeler à la solidarité ponctuelle et circonscrite, n’est-ce-pas dès à présent, renoncer à en appeler à la solidarité nationale ?

 

© Tous droits réservés – Reproduction interdite sans l’autorisation de l’auteur.

Publicités

3 réponses à “Le don de RTT

  1. Chez moi, on dirait que c’est « mettre un pansement sur le bobo ». La noblesse des gens qui acceptent de partager leurs jours de RRT ne fait que souligner l’ignominie d’un néocapitalisme sauvage et inqualifiable.

    • Oui, Robert. C’est exactement cela. Nous mettons des petits morceaux de pansements. Mais ces pansements ne viennent pas couvrir de petits bobos. Non, ces pansements viennent se poser sur des plaies béantes. On soigne un malade en phase terminal (le capitalisme) avec des remèdes prescrits pour un vulgaire petit rhume !

  2. je ne conteste pas forcément l’idée même si on ne peut pas faire autrement, mais ça ne devrait pas être aux autres travailleurs de « donner » leur RTT à ceux qui en ont besoin pour ce genre d’évènement dramatique… quelle misère de devoir envisager ce genre de solution!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s