Le premier matin d’une vie

Elle a osé. Oui ce matin elle a osé la liberté. Elle avait toujours cru cela impossible car contraire à la raison. Pourtant ce matin elle l’a fait.

Elle avait pris soin de ne pas programmer son réveil. Quand elle a ouvert les yeux ce matin elle a tourné la tête vers le cadran avec un brin de culpabilité. Il était 8 h 30.  Dans une demie heure elle devrait être au bureau et elle n’y serait pas.  Quelle étrange sensation que celle qui la traversait à cet instant. Elle réalisait pour la première fois de sa vie combien sa condition d’être humain était liée toute entière, et depuis presque toujours, à sa condition de travailleuse, et plus précisément de salariée. Tout ce qu’elle avait été toutes ces années était là, dans ces quelques minutes, dans ces longues secondes, dans ces courtes heures, quand le réveil sonne et tambourine pour la sortir du rêve de la nuit. Mais ce matin c’en était fini. Ce matin elle n’était plus Mademoiselle Grandin, employée de la société AlphaBeta. Non ce matin elle était juste Léa,  Léa l’amoureuse, Léa la rêveuse, Léa la gaffeuse, Léa  la capricieuse. Léa, juste et tellement Léa !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s